4 phrases pour apprendre à dire NON

dire non
Charisme Conversation

4 phrases pour apprendre à dire NON

Récemment je parcourais vos commentaires sur la chaine et j’ai été frappé : il y a un type de commentaire qui revient sans arrêt et qui pose toujours la même question.

Et cette question c’est : Yann, comment je fais pour dire NON.

Comment je pose mes limites personnelles.

Comment je peux faire pour imposer le respect quand quelqu’un essaye de profiter de moi.

Aujourd’hui j’ai décidé de plier cette question en vous donnant 4 phrases concrètes pour vous faire respecter quand quelqu’un essaye de dépasser vos limites.

Ces phrases vont fonctionner de manière optimale en contexte professionnel : c’est là que la plupart d’entre vous cherchez des moyens de faire respecter vos barrières.

Mais elles sont tout à fait transposables dans votre vie quotidienne, avec vos proches par exemple.

On y va.

 

Premier conseil : Reformulez la demande de votre collègue.

 

En général les moments où on a besoin de poser ses limites, ce sont des moments ou quelqu’un va vous demander quelque chose.

Si vous vous retrouvez dans une situation ou quelqu’un formule une requête, vous devez faire deux choses :

  • Laisser un silence de quelques secondes s’installer
  • Puis reformuler calmement la demande de votre collègue.

Vous pouvez reformuler en utilisant le modèle de phrase suivant par exemple : « Ah, donc là ce que tu me demandes, c’est … »

  • « Ah donc là ce que tu me demandes, c’est de t’apporter de l’aide sur tel aspect du dossier, qui est en dehors des missions de mon poste ? »
  • « Ah donc là ce que tu me demandes, c’est d’aller chez toi samedi après midi et de garder tes enfants pendant 3 heures pendant que tu fais tes courses de Noël ? »

C’est important de reformuler parce que ça va vous permettre de faire 3 choses :

  1. Déjà, ça va permettre à votre interlocuteur de se rendre compte de l’ampleur de sa demande, et ça va l’empêcher de faire glisser sa requête un peu en passant.
  2. Ensuite, en lui posant une question, vous le forcez à répondre quelque chose. Ca va lui donner une chance de repréciser sa demande pour qu’elle soit plus atteignable, ou même de faire marche arrière.
  3. Troisième chose, ça vous laisse un peu de temps pour décider de ce que vous voulez faire de votre côté.

 

Ca m’amène à mon deuxième conseil : Temporisez la requête

Souvent les personnes qui veulent profiter de vous, que ce soit des collègues ou des proches, savent très bien s’y prendre pour obtenir ce qu’elles veulent, et elles vont jouer sur l’effet de surprise.

Elles vont vous prendre en embuscade pour vous laisser très peu de temps de réflexion, au moment où vous partez du travail par exemple, ou devant d’autres personnes.

Leur but est de réduire vos marges de manœuvre, donc ce que vous pouvez faire pour garder toutes les cartes dans votre main, c’est de vous extraire de l’embuscade.

Concrètement, ça veut dire qu’après avoir reformulé sa demande, vous pouvez utiliser une phrase comme « Ecoute, je vais y réfléchir et consulter mon agenda, je reviens vers toi demain pour te dire ce qu’il en est ».

Si la personne insiste, dites-lui que vous êtes quelqu’un qui avez à cœur d’honorer vos engagements, et que vous ne pouvez pas en prendre un à la légère sans prendre le temps d’évaluer sa faisabilité.

Ca va vous laisser tout le temps d’évaluer la situation objectivement et de décider de ce que vous voulez faire.

 

Troisième conseil : Apprenez à refuser sans justifier

 

Une erreur à ne surtout pas faire quand vous dites non, c’est de vous confondre en justifications de toutes sortes.

Ca va donner à votre interlocuteur l’impression qu’il y a un espace ouvert à la négociation sur vos excuses.

A la place, je vous conseille de vous entrainer à dire non sans donner d’excuse et sans vous justifier.

Ca peut être très simple : « non je ne peux pas. » « non, ça n’est pas possible pour moi ».

Ne vous sentez pas obligés de remplir le silence après votre phrase.

Il faut que vous essayiez de prendre suffisamment confiance pour pouvoir exprimer ce non tel quel, sans hostilité et avec franchise.

 

Quatrième conseil : Soyez précis quand vous acceptez

Si vous décidez de dire oui, ou si vous vous retrouvez dans une situation où vous n’avez pas le choix par exemple, faites bien attention à la manière dont vous acceptez.

En fait, il y a plusieurs manières de dire oui.

Il faut que votre oui à vous soit encadré et soit précis.

Ca n’est pas un oui inconditionnel, c’est un oui qui délimite clairement :

  • Ce que vous allez faire
  • Quand vous allez le faire
  • Combien de temps vous allez y consacrer.

Pour encadrer tout ça, vous pouvez utiliser des phrases comme « D’accord, je peux consacrer 1h à ce projet mercredi pour t’aider sur 2 aspects : X et Y ».

Vous n’êtes pas corvéable à merci, votre temps est précieux et vous vous devez de le faire savoir à vos proches et à vos collègues.

 

***

 

Voilà, c’est très important que vous mettiez tous ces conseils en place parce que je ne sais pas si vous avez remarqué mais les personnes qui disent oui à tout accumulent des frustrations.

Si vous ne savez pas dire non, ça va vous faire accumuler du ressentiment.

Et le pire dans tout ça : puisque vous dites oui à tout, vous allez le prendre très mal quand quelqu’un vous dit non. Vous allez trouver ça injuste.

Finalement j’aimerais que vous compreniez qu’apprendre à dire non, c’est beaucoup plus profond que juste vouloir se faire respecter en surface.

On pense que le non va amener du conflit, alors qu’en réalité ça va vous permettre de retrouver des relations harmonieuses avec vos collègues ou vos proches.

 

Laissez votre pensée ici

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *