Comment apprendre vite en s’inspirant des enfants ?

On entend souvent dire que les enfants apprennent à toute vitesse et qu’ils sont de véritables éponges. Il en découle de nombreuses idées reçues qui font croire aux adultes que ces capacités appartiennent désormais au passé et qu’il ne sert à rien d’espérer pouvoir un jour les retrouver.

Mais saviez vous que contrairement à une croyance répandue, le cerveau adulte continue de créer des neurones tout au long de la vie des personnes qui se mettent en situation d’apprentissage ?

Saviez vous qu’à la fin de sa vie, notre cerveau a perdu seulement 5% de ses neurones ?

Imaginez un instant qu’il soit possible à tout âge d’apprendre aussi vite qu’un enfant, peut être même plus vite. Imaginez qu’apprendre devienne à la fois facile et agréable. Que souhaiteriez-vous apprendre ? Quelle compétence souhaiteriez-vous développer ? Quelles possibilités s’offriraient à vous ?

Ne perdez plus une seconde. Apprendre facilement et rapidement est juste une question de méthode. Passons tout de suite en revue les différentes “stratégies” utilisées par nos bambins pour nous en inspirer.

N’avoir aucun préjugé avant de se lancer

Si il y a une chose qui différencie fortement les adultes des enfants, ce sont les préjugés.

Les préjugés sont un ensemble de croyances qui se sont développées et ont tendance à créer chez les adultes un manque de flexibilité.

Enfant, chaque nouvelle activité est une expérience dont on s’enrichit. On l’aborde avec un regard neuf et tout nous semble possible. C’est un peu comme si nous avions accès à notre plein potentiel.

En grandissant on nous “apprend” qu’on est trop petit pour telle activité, pas assez intelligent pour celle là, que les femmes ne sont pas bonnes en maths et que les hommes ne peuvent pas faire deux choses à la fois… Petit à petit, des limitations s’installent et notre potentiel s’en trouve réduit.

Nos opinions sur nous et sur le monde se forment et s’affinent, et bientôt nous avons de plus en plus de mal à les remettre en question. Une forme de rigidité s’installe. Nos apprentissages futurs sont perçus à travers le prisme de ces croyances.

Pour être sûr de profiter pleinement de votre potentiel, une des premières choses à faire quand vous vous lancez dans un nouvel apprentissage, est de repérer vos croyances limitantes pour vous en libérer. Et si une personne extérieure peut vous y aider, c’est généralement mieux car elle aura plus de facilité à identifier chez vous ces croyances qui pour la plupart sont inconscientes.

Se plonger totalement dans l’expérience

Quand un enfant se met en tête de faire quelque chose, il va véritablement se plonger dans un nouvel univers.

Regardez la chambre d’un enfant qui aime le foot. Aux murs sont accrochés les posters de ses idoles, chaque jour il supplie ses parents de porter le maillot de la star de son club préféré. Dans la cours de récré, il joue au ballon rond ou échange des vignettes à coller sur un album, et si vous laissez traîner une console à proximité, il se jette dessus pour lancer une nouvelle partie.

Intuitivement les enfants savent que plus on s’immerge dans un domaine, plus on accélère et on consolide son apprentissage .

L’immersion totale est d’ailleurs la première chose que l’on recommande à quelqu’un qui souhaite apprendre une nouvelle langue et de la même manière, les personnes qui doivent fournir des performances de haute volée suivent cette recommandation. A l’approche d’un combat, les boxeurs professionnels vont s’isoler dans un camp d’entraînement fermé, dans lequel tout tournera autour de leur sport.

Les acteurs utilisent régulièrement les mêmes stratégies. Vincent Cassel racontait à un journaliste que les mois précédents le tournage du film La Haine, il se promenait dans les rues de Paris avec un pistolet (factice) à la ceinture pour s’imprégner de son personnage.

Pourtant à l’âge adulte, la plupart d’entre nous ont tendance à isoler nos apprentissages. Nous lisons quelques pages sur un sujet qui nous passionne avant de passer à autre chose et de nous déconnecter complètement de ce sujet.

Si un sujet vous tient vraiment à coeur et que vous voulez gagner en efficacité, rappelez vous de prévoir des blocs de temps pendant lesquels tout sera orienté vers l’atteinte de vos objectifs.

Modéliser ceux qui qui savent déjà faire

Pensez à un nourrisson de quelques jours seulement. Il vient de naître et ne sait pas encore comment interagir avec son environnement. Pour lui tout reste à découvrir et à comprendre.

La quantité d’informations à assimiler est stupéfiante. Le nombre de compétences à développer submergeante.

A ce moment de sa vie, il n’a pas encore la possibilité d’interroger ses parents pour savoir comment agir et se comporter.

Notre bébé pourrait par le jeu des essais / erreurs commencer à explorer son environnement et tenter d’en apprivoiser les codes. Mais intuitivement, il sait qu’il existe une manière beaucoup plus efficace et beaucoup plus rapide de développer les compétences de base : la modélisation.

En observant attentivement quelqu’un qui a déjà ces compétences, nous pouvons tous décortiquer ses façons de faire, et apprendre beaucoup plus rapidement.

C’est pour ça que même si vous plonger dans un livre passionnant vous donnera des pistes pour améliorer votre prise de parole en public, jamais cette lecture ne remplacera le contact privilégié avec un bon orateur.

En modélisant une personne, vous percevez des détails beaucoup plus fins, vous observez une théorie mise en application et surtout au delà d’une compréhension purement intellectuelle, vous assimilez des compétences à un niveau inconscient. C’est pour ça qu’on voit souvent des enfants avec les mêmes tics de langage que leurs parents ou avec des expressions du visage très proches.

Alors si vous voulez maîtriser une compétence, trouvez une personne qui la possède déjà et fréquentez là, observez là, imitez là. Imprégnez vous de cette personne.

Se nourrir de Feedbacks

Nous avons tous déjà observé un jeune enfant chuter. Quelle est sa première réaction ?

En général, tout de suite après la chute, l’enfant va se tourner vers ses parents pour observer leurs réactions. Si ils restent calmes et détendus, généralement le bambin se relèvera en souriant avant de repartir de plus belle. A contrario, si il perçoit de l’inquiétude dans leurs yeux, il se mettra à pleurer et se plaindre d’une douleur.

Nous sommes des êtres sociaux par nature et pour maîtriser des codes complexes nous calquons nos réactions sur celles des autres, en particulier si ils nous semblent compétents.

En lisant le type d’émotion sur le visage de ses parents, l’enfant apprend la réaction appropriée. Ce feedback lui enseigne petit à petit à évoluer dans son environnement social et à trouver sa place.

Plus tard lorsqu’il jouera ses premières notes ou peindra son premier tableau, ce même enfant ne pourra s’empêcher de demander aux autres ce qu’ils en pensent.

Ce système de feedback est avant tout une manière d’affiner nos comportements. En nous tournant vers une personne compétente, on espère progresser à travers des remarques constructives et des pistes d’améliorations.

Si le feedback peut s’auto réaliser dans certains cas (se filmer pour observer ses tics de langage face à une caméra, ou danser face à un miroir pour peaufiner un mouvement), travailler avec un professionnel permet d’obtenir un regard précis et objectif sur ce que l’on fait.

Adopter le bon état d’esprit, prendre le contrôle de ses émotions

C’est véritablement le nerf de la guère.

Certains aliments vous donnent de l’énergie, d’autres vous en font perdre. Si vous mangez un cassoulet bien gras à quelques minutes d’un marathon, vous limitez mécaniquement vos chances de succès. Au contraire, un repas léger et équilibré vous donner l’énergie nécessaire pour relever votre défi.

Vos émotions jouent le même rôle pour votre cerveau et en particulier l’apprentissage. Certaines émotions permettent d’apprendre rapidement et en profondeur. D’autres au contraire, créent de véritables blocages et vous empêchent d’intégrer ce que vous apprenez.

Pourquoi croyez vous que si peu de personnes à l’âge adulte se souviennent de leurs cours du collège ? Parce que la plupart étaient associés à de l’ennui. L’ennui est un véritable tueur d’apprentissage. Une sorte de film de protection sur lequel vient glisser sans jamais adhérer tout ce que l’on essaie d’apprendre.

Mais je suis sûr également que vous avez tous en mémoire un prof qui vous a marqué et qui réussissait à capter l’attention des élèves. Et généralement, on garde aussi en mémoire une bonne partie de ce que ce prof nous a enseigné.

La peur représente également un gros frein à l’apprentissage. En limitant nos ressources et en nous faisant fuir toute prise de risque, elle permet tout au plus un apprentissage superficiel. Regardez autour de vous combien de personnes ont peur de parler en public ? Est ce le fruit du hasard ? Pourquoi est ce différent aux états unis ?

A contrario, il existe des émotions capables de stimuler le cerveau et le mettre en parfaite condition pour l’apprentissage.

Sentir chez le professeur de la bienveillance encourage la prise de risque et facilite donc l’exploration pratique.

Le jeu ajoute une touche de légèreté qui permet au cerveau en sécrétant certains neurotransmetteurs de fixer les différents apprentissages.

La curiosité enfin, vient quand à elle réveiller le cerveau et le sortir d’une routine dans laquelle il avait pu s’installer.

Avant de subir certaine mauvaises expériences, les enfants sont naturellement plongés dans les émotions de bienveillance, de jeu et de curiosité. C’est en grande partie grâce à cet état d’esprit qu’on les voit absorber les connaissances et savoir faire à manière d’une éponge.

Adulte, c’est à vous de vous mettre dans les meilleures conditions. Quand vous souhaitez entreprendre une formation, assurez vous que les intervenants savent jouer sur les bons leviers émotionnels. Déjà parce que vous passerez un excellent moment, ensuite car cela vous permettra de fixer efficacement et durablement les compétences nouvellement acquises.

Vous l’aurez compris, même si vous n’avez plus 5 ans aujourd’hui, vos capacités d’apprentissage sont intactes et ne demandent qu’à être réactivées. Elles sont la base pour évoluer en permanence et vous rapprocher de la vie dont vous rêvez.

J’ai souhaité mettre à votre disposition l’ensemble de ces stratégies dans une masterclass. Elle se déroule de la même manière que mes coachings individuels et reprend les étapes essentielles d’une véritable évolution. En effet pendant une journée complète, nous nous sommes plongés avec un petit groupe de personnes en immersion totale dans un véritable coaching. Le but, ambitieux, était de redessiner sa vie.

Tout dans cette journée était au service de cet objectif :

  • Nous avons appris à repérer les croyances limitantes et à les dépasser.
  • Nous avons appris à modéliser efficacement les personnes qui possèdent déjà les compétences que l’on souhaite développer pour les acquérir rapidement.
  • J’ai donné en temps réel du feedback aux différents participants pour les aider à progresser.

Le tout dans un état d’esprit ludique, curieux et bienveillant.
Une partie de la journée a d’ailleurs été consacrée à l’apprentissage de la gestion des émotions.
Aujourd’hui, vous avez la possibilité de suivre cette masterclass qui a été entièrement filmée. Vous pourrez donc vous plonger dans cette journée comme si vous y aviez participé et en suivre les différentes étapes et exercices, chez vous à votre rythme.

Pas de commentaires

Poster un commentaire