5 choses que j’ai supprimées de ma vie pour être plus heureux

5 erreurs
Carrière & Entrepreneuriat Développement personnel Investissement personnel

5 choses que j’ai supprimées de ma vie pour être plus heureux

Quand vous pensez à votre vie et aux moyens de l’améliorer, en général votre premier réflexe c’est de penser à des choses que vous voulez ajouter.

Mais on oublie trop souvent qu’un des meilleurs moyens d’améliorer sa vie, d’être plus heureux, ça ne passe pas par de l’ajout.

Ca passe au contraire par de l’élimination.

C’est quelque chose dont je me suis rendu compte personnellement il y a quelques années. Et depuis je me concentre beaucoup plus sur le fait d’éliminer des choses de ma vie que de chercher à en ajouter.

Aujourd’hui on va faire une vidéo un peu plus personnelle que d’habitude.

J’ai envie de vous partager 5 choses que j’ai supprimées de ma vie et qui m’ont rendu profondément plus heureux.

 

1. J’ai appris à arrêter de prendre les réactions des gens trop à cœur

 

Avant quand j’avais une interaction un peu équivoque ou crispée avec quelqu’un, je passais toujours 30 minutes après à me demander ce qu’il s’était passé.

Ca faisait partir mon cerveau dans un film et même si j’étais concentré sur autre chose, il y avait toujours une tache de fond dans ma tête.

Parce que j’essayais inconsciemment de décoder ce qu’il s’était passé.

Et en fait j’ai compris quelque chose de très simple et qui tranche radicalement ce genre de nœuds mentaux :

La réaction de quelqu’un en dit beaucoup plus sur lui/elle que sur vous.

Des interactions insatisfaisantes, on en vit tous plusieurs par jour. Vous devez vous dire que dans la plupart des cas, vous n’avez rien à déchiffrer.

Si un ami ou un collègue est très expéditif avec vous par exemple, vous n’avez pas à vous attarder sur le pourquoi de son comportement.

Ca a probablement beaucoup plus à voir avec son état mental à lui que votre comportement à vous.

Je suis toujours effaré de la quantité de personnes qui n’ont pas assimilé ce principe très simple.

Le plus tôt vous intégrez ça, le plus tôt vous allez arrêter de dépenser votre énergie en vous attardant sur des évènements passés.

 

2. J’ai arrêté de trop travailler

 

Quand je me suis lancé, ça m’est arrivé de travailler tous les weekends de l’année sans interruption.

Même quand j’étais en vacances, j’écrivais des articles pour mon site Social Skills par exemple.

Et avec du recul je comprends pourquoi j’étais pris dans cet engrenage :

parce que c’est très exaltant, quand on a un business qui fonctionne bien, de vouloir mettre toute son énergie dedans pour le faire grandir encore plus.

Mais en fait ça n’était pas un fonctionnement sain pour moi, et j’ai décidé de supprimer de ma vie ce rapport au travail immersif.

Au sein de mon équipe ça veut dire que j’ai appris à déléguer plus par exemple.

Avant je voulais avoir le nez dans tous les projets en même temps et je me suis rendu compte que ça n’était pas viable, ni pour moi ni pour mon équipe d’ailleurs.

En fait je me rends compte que le rapport au travail et à l’argent dans lequel je me retrouve le mieux, c’est de les considérer comme des moyens pour me dégager du temps libre.

Je suis quelqu’un qui prend assez au sérieux les petites joies du quotidien.

Je fais attention à ce que mon travail n’entrave pas ces choses-là.

 

3. J’ai conscientisé mon rapport aux écrans

 

Vous l’attendiez surement parce que j’en parle assez souvent mais j’ai arrêté de consommer des écrans de manière inconsciente.

Je ne sais pas si vous vous rendez compte de la quantité de temps quotidien que vous passez dessus mais si vous n’en avez pas idée, je vous conseille de compter, tout simplement.

Il y a des fonctions pour ça, sur instagram par exemple vous avez la possibilité de consulter vos rapports d’activité.

Pour pouvoir consommer de manière plus consciente vous pouvez vous interroger sur le besoin auquel votre consommation d’écrans répond :

est-ce que c’est de la distraction ? est-ce que c’est un besoin de lien social ? un boost d’égo ?

Une fois que vous avez identifié les besoins, interrogez-vous sur des activités qui pourraient remplir ces besoins tout en vous faisant avancer, en vous procurant de la joie ou en vous faisant grandir.

 

4. J’ai éliminé les fausses priorités

 

Il y a un an j’ai fait un exercice assez simple. J’ai tracé deux colonnes sur une feuille.

  • A gauche j’ai écrit les 5 activités auxquelles je consacrais le plus de temps dans ma semaine.
  • A droite j’ai écrit les 5 choses qui me nourrissent le plus, qui me font le plus de bien.

Et ensuite j’ai comparé les 2 colonnes, et je me suis rendu compte qu’il y avait un décalage complet.

Je mettais la majorité de mon temps dans des choses qui ne me nourrissaient pas. Et je négligeais des choses qui étaient très importantes pour moi.

J’ai décidé de changer la manière dont j’alloue mon temps pour qu’elle reflète mes priorités intérieures.

Pour moi ça veut dire diriger mon énergie vers moi-même et vers mes proches et mes amis.

Si l’amitié est aussi une valeur importante vous, ça veut dire concrètement qu’au lieu d’ouvrir instagram pour la 5e fois de la journée, vous pouvez appeler un ami pas forcément proche mais que vous appréciez.

Je vous garantis que ça va lui faire très plaisir de recevoir cet appel impromptu.

 

5. J’ai appris à supprimer la notion de culpabilité de ma vie

 

On vit dans une société très culpabilisatrice et c’est une culpabilité qui va venir toucher tous les aspects de votre vie : le rapport au sommeil, à l’alimentation, l’éducation des enfants…

Et face à ce fardeau de culpabilité il y a deux réactions courantes :

  • Les gens qui sont écrasés par cette culpabilité et qui cèdent à toutes les pressions en perdant complètement le contrôle de leur vie
  • Et d’un autre côté les gens qui rejettent la culpabilisation en bloc mais qui tombent dans l’excès inverse: une complaisance à l’égard d’eux même.
    Ils vont jeter la responsabilité avec l’eau du bain et considérer qu’ils peuvent se dédouaner de tout.

Moi de mon côté j’ai décidé que la culpabilité ça ne m’intéresse pas, la complaisance non plus, je les ai mises à la poubelle.

A la place, je me concentre beaucoup sur des valeurs comme la responsabilité et l’intégrité.

 

***

 

Voilà, c’était important pour moi de vous interpeller sur l’utilité de supprimer avant d’ajouter.

Je compare souvent ça à la respiration pour l’expliquer à mes proches.

En fait, il y a beaucoup de gens qui se concentrent sur l’inspiration quand ils essayent de respirer mieux, de se calmer.

Mais beaucoup oublient d’expirer à fond.

Or l’expiration, c’est justement ce qui vous aide à faire sortir les toxines du corps.

S’il y a des choses que vous avez supprimées de votre vie, n’hésitez pas à les partager en commentaire, ça me fait toujours très plaisir de vous lire.

 

Laissez votre pensée ici

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *