4 erreurs qui vous font passer pour une personne désagréable

maxresdefault
Développement personnel

4 erreurs qui vous font passer pour une personne désagréable

Être arrogant, c’est un peu comme avoir mauvaise haleine : la plupart du temps, tout le monde s’en rend compte sauf vous ! Et, comme la mauvaise haleine, ça finit souvent par faire fuir votre entourage.
Bien sûr, certaines personnes vont volontairement faire preuve d’arrogance, en adoptant sciemment un comportement hautain, blessant ou insolent. Mais c’est quelque chose de relativement rare. En général, cette attitude est involontaire, et on peut tout à fait passer pour quelqu’un de condescendant, en ayant l’impression de se comporter normalement.

Vous voulez savoir si les autres vous trouvent arrogant ? Voici 4 marqueurs auxquels on ne pense pas forcément, et qui peuvent clairement vous faire passer pour un connard.

1. Vous coupez souvent la parole aux autres

La première chose que font les personnes arrogantes, et qui est insupportable pour leur entourage, est de systématiquement couper la parole. Le plus souvent, elles font ça sans s’en rendre compte ; c’est comme un réflexe qui s’active automatiquement à chaque conversation.

Le problème, et on s’en rend bien compte quand on est de l’autre côté, c’est que cette attitude est insupportable pour celui qui est coupé. Même les personnes les plus réservées ont besoin d’être écoutées lorsqu’elles parlent, c’est un besoin humain.
Peut-être que vous ne faites pas exprès d’interrompre les autres ; par exemple, quand un ami vous raconte une anecdote, vous brûlez d’envie de lui raconter quelque chose de similaire, au point de ne pas le laisser terminer. Mais même si votre intention n’est pas mauvaise, le message que vous envoyez à l’autre quand vous lui coupez la parole n’est pas des plus agréable : votre interlocuteur peut avoir l’impression que ce qu’il dit n’a pas d’importance ; et que, de manière générale, vous vous souciez peu des autres et de leur opinion.

Pour conclure, la prochaine fois que quelqu’un vous parle, attendez au moins que la personne termine sa phrase avant de répondre !

2. Vous avez des solutions/réponses à tout

Ce deuxième marqueur est vraiment subtil, car pour le coup, c’est souvent quelque chose qui part d’une bonne intention. Et pourtant, aux yeux des autres, vous pourrez quand même passer pour quelqu’un d’arrogant.
Avoir réponse à tout, c’est par exemple, lorsqu’un ami vous confie un problème personnel, et qu’au lieu de l’écouter et de compatir, vous lui proposez tout de suite 15 solutions pour s’en sortir. Si en plus vous ajoutez des formules comme “C’est facile, tu n’as qu’à” ou “Je ne comprends pas ton problème, il suffit de”, vous êtes encore plus certain de passer pour un connard.

A la base de ce comportement, il y a généralement une volonté de venir en aide à l’autre. On peut donc se demander en quoi cette attitude est arrogante, et les personnes concernées ont souvent du mal à identifier le problème.
En fait, il y a deux choses :
– La première est assez contre-intuitive, mais néanmoins réelle : une personne qui vous confie un problème ne cherche pas forcément des solutions, ou du moins pas tout de suite. Son intention première est d’être écoutée, et de partager une émotion pour se sentir moins seule. Ce qui se passe quand vous lui présentez tout de suite des solutions, c’est que vous sautez une étape essentielle, celle de l’écoute et de la compassion. Vous passez donc pour quelqu’un de peu empathique.
– La deuxième chose, c’est qu’une personne qui a réponse à tout ne va pas tant passer pour quelqu’un de dévoué et utile, que pour quelqu’un de parfait qui n’a jamais de problèmes. Et vraiment, pour la plupart des gens, il n’y a rien de plus irritant ! Vous passerez pour le monsieur ou la madame “je sais tout” du groupe.

Pour éviter ça, vous savez ce qu’il vous reste à faire : écouter l’autre, accueillir son émotion, et garder les solutions pour un deuxième temps.

3. Vous ne montrez aucune faille

Derrière l’arrogance, il y a aussi une idée de fausse invincibilité, de gonfler les apparences pour paraître autre, et surtout plus fort, qu’on est réellement.

Si vous avez tendance :
– A cacher vos faiblesses, vos défauts, vos imperfections ;
– A rarement exprimer des émotions comme la peur ou la tristesse ;
– Ou encore à ne pas tolérer ce que vous considérez comme des signes de faiblesse chez les autres
Cela signifie que vous n’assumez pas votre propre vulnérabilité. Et contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est quelque chose d’assez mal perçu, surtout quand on veut nouer des relations sincères et profondes. En effet, pour nouer de telles relations, les gens ont besoin de s’identifier à vous, et donc de voir votre vulnérabilité.
Si vous manquez d’authenticité, si vous vous cachez constamment derrière un statut ou un rôle, la plupart des gens vous verront comme quelqu’un d’arrogant et de faux, et ne chercheront pas à vous connaître davantage. Il y a là un paradoxe : en effet, tous ces efforts qu’on déploie viennent du désir de plaire aux autres ; or on obtient exactement le résultat inverse.

Le problème, c’est que ce mécanisme est souvent inconscient. Il est assez rare de jouer sciemment un rôle ; en général, c’est plutôt un fonctionnement automatique, qu’on met en place pendant l’enfance et l’adolescence pour se protéger des critiques.

Si toutes vos relations sont superficielles ; ou si vous avez du mal à nouer des liens durables, cela signifie probablement que vous manquez d’authenticité. Et c’est un point à travailler pour paraître moins arrogant, et créer des relations plus sincères.

4. Vous êtes sur la défensive

Une dernière chose qui peut très facilement vous faire passer pour un connard sans que vous vous en rendiez compte, est le fait d’être constamment sur la défensive.
La manifestation la plus criante de cette attitude, c’est d’être incapable d’accepter la critique. Ou pire, de se sentir critiqué suite à une simple remarque, et de vous défendre sans raison. Ce comportement vous fera passer pour quelqu’un d’irritable, et de complètement égocentré.

Dans une attitude saine, on accepte les feedbacks constructifs et les petites remarques ; et si besoin, on se remet en question. L’incapacité à se remettre en question est un gros marqueur d’arrogance, qui décourage rapidement votre entourage et finit par vous isoler.
Dans le même ordre d’idées, vous pouvez facilement passer pour quelqu’un d’arrogant si vous vous battez bec et ongles pour avoir raison. Je ne dis pas que vous n’avez pas le droit d’avoir votre avis, et d’y être fidèle. Mais vous n’avez pas forcément besoin de le défendre avec acharnement devant les autres ; en faisant ça trop souvent, non seulement vous vous discréditez, mais vous passez aussi pour quelqu’un de prétentieux et de fermé d’esprit.

Vous l’aurez compris, l’arrogance n’est pas toujours quelque chose de volontaire. C’est parfois sur des petites choses anodines qu’on peut passer pour quelqu’un d’insupportable, alors même qu’on pensait bien faire.
La connaissance des marqueurs de l’arrogance doit vous permettre d’être plus conscient de l’image que vous renvoyez ; et de bien faire la différence entre votre intention, et la manière dont vous la traduisez dans le rapport à l’autre.

Vous remarquerez aussi que l’arrogance est souvent liée à un manque d’écoute et d’empathie : si vous voulez éviter de passer pour un connard, la première chose à faire est donc de développer votre écoute, et votre attention à l’autre en général.

Comment (1)

  1. Julie

    Ce n’est pas forcément ça pour moi, un connard. Avec un minimum de perspicacité, on peut deviner si c’est une carapace ou s’il a passé une mauvaise journée. Je m’entraîne beaucoup à essayerde capter les expressions des gens que je croise (au début c’était difficile car je suis dysmophophobique et vraiment anxieuse en société pour moi c’est reellement très éprouvant et les situations sociales sont des boss de niveau) et donc, à force j’arrive à sentir la différence même si la lecture des expressions n’était d’une part pas innée chez moi et d’autre part liée à des experiences desagreables.
    ET, après avoir éliminé ceux qui sont timides, qu’on intimide, qui peuvent nous trouver effrayant.e ou impressionant.e (je préfère ne plus me demander pourquoi – dysmorpho), ceux qui ont leurs raisons, ou à qui on est antipathique ce qui ne s’explique pas forcement, qui sont fatigués, anxieux, stressés (indépendamment qu’ils soient potentiellment sympas ou pas ou juste une simple impression parce quon est soi même fatigué ou stressé, etc… il reste, j’y viens, ce qui pour moi est le pire desagreable individu qui soit, ceux qui sont simplement convaincus de leur supériorité et imbus d’eux-mêmes, qui vous regardent avec un petit sourire en coin et se detounenet d’un air dégoûté, pas forcément de fa_çn ostentatoire mais chez qui on perçoit une sorte de « mépris de classe’ (en français dans l’texte, héhé) une condescendance « bienveillante » en quelque sorte, qyui a le don de vous faire sentir comme un déchete malodorant quoique vous disiez ou fassiez ou par le simple fait d’exister. Contre un petit connard on peut lutter. Contre ceux ci il n’y a hélas pas grand chose d’autre à faire que d’avoir la chance de ne pas remarquer leur existence car d’une manière ou d’une autre avec ceux-là, on se sentira toujours comme un cloporte et intrus dans son propre environnement. Ce n’est même pas uen question de revenu ou de classe sociale, à tout niveau quelqu’un peut être courtois ou sympa mais d’education. Ces gens là sont affreux, et j’aimerais bien qu’il existe des conseils pour survivre quand on respire le même air.

    A part cette remarque votre article m’a donné à réfléchir car je suis tellment impatiente d’exprimer ce que j’ai à dire avant qu’on me fasse taire (vecu perso) que j’ai effectivement tendance à couper la parole ce qui rend les discussions assez… sportives.
    En tout cas merci pour les conseils, ça aide 😉

Écrire un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *